Pause

janvier 26, 2011

Participant activement à la campagne de la candidate EELV sur Grasse-Nord, ne voulant pas tout mélanger et n’ayant tout simplement pas le temps je met ce blog sur pause (ce qui est le cas depuis longtemps me direz vous)

allez plutôt voir là : Geneviève Fontaine 2011 élection cantonale de Grasse-Nord

ou si vous voulez voir des fakes  : lobofakes.com

Publicités

Potiches

novembre 15, 2010

Après des mois d’atermoiements, la montagne a accouché d’une souris. Pour une fois Sarkozy semble s’être fait forcer la main et le premier ministre cesserait d’être un simple collaborateur pour diriger réellement la politique du gouvernement. Je n’y crois pas  : notre énervé président ne changera pas sa nature, il voudra toujours tout contrôler, tout diriger. Les ministres continueront à être des potiches manipulées par les conseillers de l’élysée. Par contre ils ont virés les ministres jugés inefficaces ou encombrants. Notre Estrosi local est du lot. A vous de voir à quelle catégorie il appartient… Il pourra sans doute mieux se consacrer à la gestion de sa municipalité qui au vu de ses finances en a bien besoin. Mais comme représentant régional, on écope de Mariani en tant que  secrétaire d’état aux transports, en terme de (in)compétence ce n’est pas mieux. Il faut croire que son coup de gueule de mars dernier aura payé.

Enfin on sait tous que ce n’est pas d’un remaniement ministériel dont on a besoin, mais d’un remaniement présidentiel. Rendez-vous en 2012, en espérant que la gauche aura cette fois un programme et un(e) candidat(e) crédible.

Remaniement: les quatre fautes de Nicolas Sarkozy par Christophe Barbier

Le Dictateur

novembre 2, 2010

Ce jeudi et ce vendredi, Nice et la Côte d’Azur ont à nouveau la tristesse d’accueillir un dictateur et de voir notre président lui faire courbettes et risettes. Après les habituels émirs du golfe persique, après l’ineffable Ben Ali, après le troupeau des dictateurs africains du printemps dernier, voici le premier dictateur du monde, le président chinois Hu Jintao.

Premier, parce que le régime qu’il dirige impose sa contrainte au plus grand nombre d’habitants de notre planète. 1 milliard 300 millions de chinois subissent l’oppression d’un régime qui allie l’horreur d’un parti unique selon le modèle communiste sur le plan politique, à l’horreur du capitalisme le plus sauvage sur le plan économique.

Le « miracle économique chinois » nous fait trop souvent oublier l’envers du décor : pas d’état de droit, pas de  liberté d’opinion et d’expression, pas de liberté religieuse, pas de droit social et de couverture sociale. Son système concentrationnaire, le Laogai,  détient actuellement entre 4 et 6 millions de prisonniers, le plus souvent victimes d’une justice sommaire et contraints au travail forcé. La « justice » chinoise prononce et exécute chaque année des milliers de condamnations à mort.

L’actuel président chinois a débuté sa carrière de dictateur comme « gouverneur » du Tibet de 1988 à 1992. A ce titre il y a durement réprimé les troubles contemporains aux événements de Tia An Men, acquérant ainsi le surnom de Boucher de Lhassa. Il est aussi co-responsable de l’emprisonnement du plus jeune prisonnier politique du monde Gendhun Choekyi Nyima considéré par les tibétains comme la réincarnation du Panchen Lama et qui a « disparu » à l’age de 6 ans. Parmi ses nombreux prisonniers politiques actuels figure Liu Xiabo le prix nobel de la paix 2010.

Aussi parce que, malgré son hospitalité légendaire, notre région n’a pas vocation à accueillir tous les despotes sanguinaires du monde, parce que le président chinois, avec la complicité du nôtre, ne mérite pas d’y passer des vacances tranquilles, venez manifester :

– jeudi 04 /11 11 départ place de la Libération avec Amnesty International

et à midi place Masséna pour le Tibet libre

Vendredi 11h00  à Carros le neuf

Enfin comme Sarkozy sera là vendredi, la grève et la manif contre sa politique, notamment la réforme des retraites, est avancée d’un jour.

racismes ordinaires

octobre 18, 2010

Comme beaucoup, j’étais assez sceptique sur les changements de la grille de France Inter. Mais bon, comme pour la tranche matinale (du moment où je me lève à celui  où j’arrive à mon boulot), je n’ai pas trouvé mieux, j’ai continué… C’est ainsi que chaque matin entre 6 et 7, je découvre Audrey Pulvar à qui la radio réussit mieux que femme-tronc à la télé. Après les mots d’un parfumeur qui pue de ce week-end, son édito de ce matin parlait des mots du racisme ordinaire basé sur les clichés et les expressions toutes faites :

——————————-

Edito « A rebrousse poil »

par Audrey Pulvar  émission du Lundi 18 Octobre 2010

Nègre je suis, nègre je resterai

L’arabe menteur, l’arabe voleur, le chinois travailleur mais sale, le juif cupide, la française sexuellement libre, le latino chaud lapin, la négresse panthère, la négresse lascive, le nègre danseur, le nègre rieur, le nègre footballeur, le nègre paresseux… bingo ! En cherchant un peu, on pourrait en trouver d’autres, des idées à fournir à monsieur Jean-Paul Guerlain pour son petit précis de clichés racistes. C’est donc celui du nègre fainéant, bon à rien, qu’il aura choisi de nous servir, dans un silence sidérant, sur le plateau du 13 heures de France 2 vendredi dernier.

« J’ai travaillé comme un nègre, je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin… ». C’est la deuxième partie de la phrase, 13 mots, qui lui valent… quoi au juste ? On a bien cherché, on a bien attendu pendant tout le week-end, dans la bouche de tous ces responsables politiques, un début de condamnation, d’émoi, d’indignation. Seule Christine Lagarde a réagi. Pour les autres, on attend encore. En France, on peut donc prononcer des paroles racistes à une heure de grande écoute, sur un média national sans qu’aucune grande voix, politique, intellectuelle ou artistique ne s’en émeuve. Oh, les associations font leur job, qui menacent de porter plainte. Mais qui parle de racaille ? De scandale ? De honte ? D’obscénité ? De crachat ? Le crachat, que ce très distingué Monsieur Guerlain a jeté à la figure non pas seulement de tous les Noirs d’aujourd’hui, mais surtout, cher Monsieur Guerlain, sur la dépouille des millions de morts, à fond de cale, à fonds d’océan, déportés de leur terre natale vers le nouveau monde. Ces millions de personnes asservies, avilies, déshumanisées, pendant quatre siècles, réduites au rang de bras et de mains destinées aux champs de coton, aux champs de canne, à la morsure du fouet ou celle du molosse, tous ces esclaves, vendus comme une force de… travail ! Pas des hommes, non, ni des pères, ni des mères à qui l’on arrachait leurs enfants pour en faire d’autres bêtes de sommes, pas des humains, mais des outils, du matériel. Des marchandises.

Cher monsieur Guerlain, vous dont l’un des parfums suffisait, à lui seul, à rassurer l’enfant que j’étais quand sa mère s’absentait, vous dont le nom m’a accompagnée, de mère en fille, de sœur en sœur, aussi loin que remontent mes souvenirs et dont je ne pourrai plus, jamais, porter la moindre fragrance, moi négresse, je vous relis, je vous dédie ces quelques lignes, signées Aimé Césaire : « Vibre… vibre essence même de l’ombre, en aile en gosier, c’est à forces de périr, le mot nègre, sorti tout armé du hurlement d’une fleur vénéneuse, le mot nègre, tout pouacre de parasites… le mot nègre, tout plein de brigands qui rôdent, de mères qui crient, d’enfants qui pleurent, le mot nègre, un grésillement de chairs qui brûlent, âcre et de corne, le mot nègre, comme le soleil qui saigne de la griffe, sur le trottoir des nuages, le mot nègre, comme le dernier rire vêlé de l’innocence, entre les crocs du tigre, et comme le mot soleil est un claquement de balle, et comme le mot nuit, un taffetas qu’on déchire… le mot nègre, dru savez-vous, du tonnerre d’un été que s’arrogent des libertés incrédules ».

Aimé Césaire qui, à l’insulte, répondit aussi un jour : « Eh bien le nègre, il t’emmerde ! ».

Extraits du poême « Mots », du recueil Cadastres, d’Aimé Césaire.

———————————————————————–

le texte  : A rebrousse poil

le son  écoutez l’émission du lundi 18 octobre 2010

L’affiche provient du site www.lobofakes.com

un article de Slate.fr sur le même sujet Un parfum de racisme bien français

Incinerator 2

octobre 17, 2010

Ce n’est pas tout de dire qu’un incinérateur, fut il « moderne » et rebaptisé « centre de valorisation énergétique » est une grosse bêtise, il faut encore pouvoir proposer des alternatives.

Le déchet le plus facile à éliminer est celui qu’on ne produit pas. Partout où a été mise en place la pesée embarquée, la quantité de déchet été considérablement réduite. Le principe consiste à peser les poubelles de tout un chacun et ne faire payer les gens en fonction de ce qu’ils jettent. Avec un système de collecte performant (tri poussé, compostage à domicile, plateforme de déballage etc) ça marche très bien. La CASA (Antibes Sophia) est  d’ailleurs en train d’étudier  ça. Avec une production de déchets 1.5 fois  la moyenne nationale, il y a de la marge et ce malgré la hausse continue de la population locale.

Ensuite il faut une structure de tri efficace (centre de tri, filière qui utilise les produits recyclables) et une vraie information pour les particuliers et les entreprises. L’idéal est de maîtriser l’ensemble de la chaîne de traitement. Le choix de concéder ça à l’une des deux multinationales du secteur n’aide pas : elles ont naturellement tendance à privilégier les choix techniques qui leur laissent le plus de marge et n’ont aucun intérêt à favoriser une démarche de baisse des volumes à traiter. Surtout  que jusqu’à présent les différentes communes du secteur ne sont jamais montré bien fermes dans leurs rapports avec ces entreprises (cas des parkings grassois).

J’ai déjà évoqué l’incohérence à avoir deux sites de traitement des déchets car ça rajoute du trafic poids-lourd inutile. J’ai aussi des doutes sur la cohérence financière à avoir deux équipements, le centre de compostage et celui d’incinération. S’ils se limitent aux déchets du  SIVADES, il n’est pas sur qu’ils aient chacun suffisamment de déchets à traiter.

Enfin la méthode  de choix (un duo décide seul sans concertation aucune) est plus que contestable pour un équipement plus que collectif  (ses financeurs, ses commanditaires, ses conséquences).  Les premières déclarations suite aux questions de l’opposition grassoise  au conseil municipal et dans l’interview de Nice-Matin (cf lien ci-dessous) ne montrent pas une volonté très ancrée à quelques mois d’échéances électorales. Alors si on se mobilise suffisamment…

Rendez-vous mercredi soir 20h00 salle polyvalente de St jacques

Nice-Matin Leleux: « Rien ne sera fait sans garanties scientifiques »

affiche originale Terminator 2

Qu’un seul cède et les autres suivront

octobre 15, 2010

Avec l’entrée en lice des jeunes dans le conflit sur les retraites, celui-ci atteint un point de non retour : ça passe ou ça casse.

Je suis assez septique sur la perception du problème des retraites par  les jeunes . En gros ils ont senti une entourloupe, il y a aussi l’expression d’une inquiétude et d’un antisarkosysme tripal. Mais il ne faut pas être naïf, peu de lycéens résistent à une occasion de faire sauter les cours en faisant un pied de nez à l’ordre établi.

La principale  raison de la réforme des retraites, c’est qu’indubitablement il faut augmenter les sommes qui y sont alloués  ou diminuer les pensions versées. Or les entreprises refusent la première solution. De plus si le niveau des retraites baisse, c’est une formidable opportunité pour les assureurs et ces mêmes entreprises. Pour compenser la baisse de leurs futures retraites, les salariés vont épargner plus. Et même si ça s’appellera autrement, ça équivaudra aux fonds de pension anglo-saxons. C’est un marché dont les assureurs et les entreprises rêvent. Les uns pour avoir nettement plus de clients et de chiffres d’affaire dans un business aux marges confortables, les autres pour se procurer plus aisément les capitaux nécessaires à leur activité.

S’il n’y a pas d’objections majeures à ce que les salariés soient directement ou indirectement propriétaires des entreprises (mais faut voir sous quelle forme), ceci ne peut pas être une réponse à la question du financement des retraites :

Tout d’abord placer son épargne retraite en bourse est très aléatoire, les retraités anglais en savent quelque chose, puisque avec la crise financière, les pensions qu’ils perçoivent ont fondu quand elles n’ont pas disparu. De plus les fonds de pensions exigent un retour sur investissement, un rendement  à deux chiffres qui a un coût social énorme sur les salariés en activité. Ensuite les fonds de pensions ne résoudront en rien les problèmes démographiques . Tant qu’ils auront assez de cotisants pour pouvoir payer les pensions uniquement avec les dividendes, ça ira.  Comme ils ont tous grosso modo la même structure démographique, ils utiliseront alors tous leurs cotisations pour acheter des actions  en même temps, causant une hausse continue des bourses. Mais quand les dividendes ne seront plus suffisant, ils vendront tous pendant longtemps, provoquant un effondrement de la bourse et de la valeur des fonds. Au lieu de remédier  au problème démographique, les fonds de pension l’accentueront.

Enfin tant à augmenter la part des richesses nationales consacrées au retraites, autant le faire en  sauvegardant le système actuel par répartition qui s’il a des défauts et qu’il est perfectible, est à la fois plus juste et plus efficace car il est basé sur la solidarité.

affiche originale :

Anonyme ?

octobre 14, 2010

Mes copains écolos  (il faut avouer pour ceux qui n’auraient pas compris que je suis membre des Verts/Europe-Écologie) savent tous que je tiens ce blog. J’ai été (un peu) surpris quand  je me suis aperçu que les copains socialistes grassois le savaient aussi. Il faut dire que j’ai laissé quelques indices et que je ne me cache pas vraiment.

Au départ, mon blog était anonyme car l’équipe de campagne d’Europe Écologie ne voulait surtout pas de mes fakes (mes affiches truquées) : « nous, on est sérieux » « nous, on n’attaque pas les personnes » « on ne veut pas non plus de problèmes de copyright« . Je ne voulais donc pas les mêler à ça et je voulais garder ma liberté de parole. De plus à l’époque j’étais au chômage. Ce type d’activité (l’engagement politique et un début d’esprit caustique/critique)  n’est pas vraiment ce qu’on souhaite mettre en avant sur un CV ou sur la première recherche google d’un employeur potentiel raisonnablement prudent.

Mais maintenant pourquoi rester anonyme pour les non-initiés ? Non parce que j’ai honte ou que je renie quoi que ce soit de ce que j’ai publié, mais parce que ça facilite un ton léger, l’humour, et parce que ça me protège :

Rien ne s’efface jamais vraiment sur internet et tout ce que vous laissez apparaître sur internet, y restera visible très longtemps. Ainsi un commentaire que j’ai fait sur un article du Monde il y a 5 ans est toujours visible… Heureusement ce n’est pas une bêtise crasse ! Alors moins je laisse  passer de choses sur le net portant mon nom et mon prénom, mieux c’est. On est assez fiché comme ça, pour ne pas semer de gros cailloux blancs derrière soi !

Le plus rigolo, dans les traces qu’on laisse sur internet, c’est qu’elles ne sont pas fiables et induisent en erreur. Ainsi quand je tape mon nom et prénom dans une recherche image sur google, je tombe sur les photos facebook de mon jeune et unique homonyme (j’ai pourtant un nom et un prénom rare) fêtant  son obtention du bac l’an dernier … 🙂

affiche originale

deux articles sur le sujet:

Le droit à oublier ma jeunesse politique

Google m’a tuer

Grève Party

octobre 11, 2010

Mardi il y aura encore grève et manif contre la réforme des retraites. Je ne vais pas me lancer dans une longue analyse car tout a été déjà dit et répété dans la presse sur ce sujet :

une réforme injuste car reporter l’âge de départ à la retraite affecte d’abord ceux qui ont commencé jeune (et qui souvent font les métiers les plus durs et souvent les moins bien payés) et qui compensent ainsi ceux que ont commencé à travailler plus tard et qui souvent mieux formés, mieux payés, disposent d’une espérance de vie en bonne santé supérieure ( ex  si tous deux construisent des bâtiments , ce n’est pas aussi usant d’être architecte que d’être maçon). Idem pour les femmes qui ont les carrières les moins homogènes et sont moins bien rémunérées (alors que souvent elles le sont pour s’être occupé de leurs enfants qui sont les nouveaux cotisants).

une réforme hypocrite car on sait tous que les entreprises essaient de se débarrasser des quinquas (alors après 60 ans …) et que l’accès aux premiers emplois est très difficile pour les plus jeunes.

une réforme socialement injuste : 85% de l’effort financier serait porté par les salariés et seulement 15% par les entreprises et la finance.

un gouvernement autiste : aucun dialogue social, du mépris et du déni, car la réforme n’a pas été négociée, elle a été conçue et imposée par Sarko & cie.

une réforme insuffisante car elle n’assure le financement des retraites (par la baisse inéluctable des pensions qui en découle) que pour quelques années. Il faudra donc remettre ça sur le tapis bientôt.

La plupart des syndicats en sont conscient et ne refusent pas de réformer le système des retraites actuel (protection sociale pleine de trous et qui est désormais mal adaptée aux carrières professionnelles actuelles). Ils refusent juste cette réforme là.

Enfin on sait tous que le chômage  de masse (près de 5 millions de personnes inscrites à pôle emploi toutes catégories confondues) pèse très lourd dans les déficits des comptes sociaux et que ce n’est pas ce projet qui va y remédier, au contraire !

Prochaine Manif pour les Retraites

Samedi 16 Octobre 2010 10h00 Place Massena à Nice

affiche et synopsis originaux

La réforme des retraites n’est pas dictée par la contrainte démographique

Le Père Leleux brûle ses ordures

octobre 10, 2010

Le Père Leleux brûle ses ordures … juste sous son hôpital !

Dans mon post précédent, j’ai évoqué l’emplacement de l’incinérateur, que le SIVADES et ses deux leaders ( Bernard Brochand  et Jean-Pierre Leleux) veulent construire à Grasse. Je ne crois pas qu’il y ait un « bon » emplacement pour une installation qui, quelles que soient ses dernières améliorations techniques, reste fondamentalement une mauvaise solution. Qu’il soit près des zones où sont produit la majorité des déchets qu’il brûlerait donc des villes, ou plus loin (trop loin ?) dans des zones moins habitées et donc encore relativement préservées, ça reste  un truc polluant.

Mais l’emplacement du futur incinérateur de Grasse est quand  même pas très judicieux :  c’est juste sous l’hôpital de Grasse (franchement ses patients ou les nouveaux-nés de sa maternité n’ont pas besoin de ça). Son accès n’est pas aisé car il se fait par un route tortueuse et assez pentue.

Ce dernier point est d’autant plus important que pour « alléger  » les nuisances, Cannes et Grasse se sont réparties les installations, obligeant à une navette de camions entre les deux sites.

Enfin sans même une étude éolienne, il semble évident que les vents dirigeront les fumées tantôt vers la Grasse (en particulier St Jacques et St Antoine), tantôt vers Auribeau.

ps: il y a sur mon affiche, deux photos de gens qui ne sont pas favorables à l’incinérateur mais qui sont concernés soit parce que leur commune (Françoise Brousteau pour Peymeinade) est une commune importante du sivades (et surtout car je ne pouvais pas mettre que des mecs sur l’affiche) ou car il est situé dans son canton et qu’il est à la pointe du combat contre l’incinération depuis des années (JR Vinciguerra pour le canton de  Grasse-sud).

re ps pépite trouvée sur la page de présentation du SIVADES : Ces dernières (les douze communes membres qui le constituent) partagent une même vision de la valorisation des déchets, ancrée sur les solutions les plus écologiques et se refusant au “tout incinération“. site du sivades

N’oubliez pas la Réunion publique sur le projet d’incinérateur à Grasse- salle polyvalente de St Jacques  MERCREDI 20 OCTOBRE – 20H00 –

affiche et synopsis originaux : Le Père Noël est une ordure

Incinerator

octobre 3, 2010

Cet été Nice-Morning nous a appris que notre bien aimé sénateur maire s’était entendu (sans consulter  quiconque) avec le député maire de Cannes  pour trouver enfin une solution au  problème des déchets des villes de l’ouest 06. Depuis 15 mois, depuis la fermeture de la décharge de la Glacière, les déchets du SIVADES sont envoyé dans des décharges des Bouches du Rhône et du Vaucluse. Aussi Ils vont construire un centre de compostage à Cannes et un incinérateur à Grasse.

La question des déchets se pose depuis longtemps. L’ouverture de la décharge de la Glacière en remplacement de celle du Jas de Madame avait déjà fait l’objet de nombreuses protestations et polémiques. A chaque (rare) proposition de solution,  on a eu une levée de bouclier souvent bien Nimby ( Not in my back lard , pas dans mon jardin) et ce quels que soient la solution  et le lieu proposée. Tout le monde produit des ordures et personne n’en veut près de chez soi.

Si je suis contre l’incinérateur de Grasse, ce n’est pas parce qu’il est à Grasse (quoique le site proposé présente pas mal d’inconvénients) mais parce qu’il s’agit d’un incinérateur et que  je suis contre l’incinération des déchets ménagers :

c’est dangereux pour la santé : il s’agit de brûler des ordures, lesquelles partent en grande partie (70%) en fumées que les gens respirent.  Malgré les filtres (d’ailleurs  que fait on des filtres ? Dans quelles décharge vont ils ensuite les mettre ?) ces fumées contiennent de la dioxine et des furanes, lesquels sont cancérigènes. Et comme ils ne sont pas biodégradables,  ils s’accumulent dans l’environnement, quelle que soit l’efficacité des filtres, jusqu’à atteindre des seuils dangereux.

– c’est idiot : les déchets qui brûlent bien sont le papier, le carton, et les plastiques. Or ceux-ci se recyclent fort bien. Les brûler c’est brûler des ressources de matières premières. D’ailleurs le Sivades trie déjà  ces matières  (même si la collecte des recyclables reste très améliorable). Le reste est essentiellement des déchets dit fermentescibles (vos épluchures, les restes de repas…) composés essentiellement d’eau. Je n’apprendrais à personne que l’eau  brûle très mal.  Quant à ce qui n’est ni fermentescible, ni recyclable ( l’assiette cassée, etc) ça brûle mal aussi. Du coup il faut beaucoup de pétrole ou de gaz.

ça produit du CO2 (le pétrole ou le gaz utilisé pour brûler la salade que votre gamin n’a pas finie) donc ça contribue au réchauffement climatique (sans compter les va et vient de camion vu que les déchets passeraient d’abord par Cannes avant de  revenir pour 60% à Grasse )

ça produit entre 20 et 30% de mâchefers. Lesquels contiennent des métaux lourds (remember le combat contre la  décharge de mâchefers à Gourdon) et donc on ne sait pas où les mettre.

Et le bouquet, c’est que le procédé prévu n’est pas  encore utilisé au stade industriel , c’est un procédé expérimental.  La leçon de la Pyrofusion a été oubliée.

Synopsis et affiche originaux

Non à l’incinérateur à Grasse